Comment s’organise la rémunération dans le cadre de l’aide à la personne dépendante ?

Pour une personne dépendante, l’aide à domicile devient indispensable, mais elle représente aussi un coût. Vu leurs ressources limitées, beaucoup de seniors se privent encore de cette aide. Pourtant, rassurez-vous : une personne âgée ne va pas forcément payer le prix cher pour profiter de cette aide. En effet, ce salaire versé à l’aidant dépend de plusieurs facteurs. Faisons le point sur la rémunération dans le cadre de l’aide à la personne dépendante.

Le tarif d’une aide à domicile pour les seniors

Comme nous l’avons évoqué ci-dessus, plusieurs facteurs entrent en jeu pour déterminer la rémunération de cet aidant à la personne dépendante. On prendra en compte le niveau de dépendance du senior et ses besoins. Pour une personne en perte totale d’autonomie, le maintien à domicile peut atteindre les 2 000 euros par mois. Si l’aidant intervient la nuit ou pendant les jours fériés, ce tarif peut encore être majoré.

A lire aussi : Fonctionnement monte-escalier debout : conseils et astuces d'utilisation

C’est bien ce coût élevé qui freine certaines familles de seniors. Sachez toutefois que si la personne est en perte d’autonomie légère ou moyenne et s’il n’a besoin d’aide que pour des tâches simples, l’intervention peut être facturée entre 12 et 14 euros de l’heure. Le mode d’emploi du salarié peut également impacter sur ce salaire.

Le mode d’emploi, un élément déterminant sur la détermination de la rémunération

Pour que votre parent bénéficie de cette aide, il y a plusieurs manières de trouver et d’employer l’intervenant. De nombreuses familles et personnes âgées choisissent d’employer directement un professionnel. On parle alors d’emploi direct ou de gré à gré. Cette solution se distingue par sa flexibilité optimale, car l’employeur définit les horaires et les tâches que doit réaliser l’aidant.

A découvrir également : Cristaux dans les oreilles : Symptômes, causes, traitements et prévention

Comme il n’y a pas d’intermédiaire entre le particulier employeur et le professionnel aidant, il est possible de négocier le tarif horaire, ce qui fait que la rémunération de l’aidant est plus abordable. Rappelons toutefois que ce mode d’emploi oblige l’employeur à se charger de toutes les démarches administratives et à être responsable de son employé.

Pour se décharger des formalités administratives, certains seniors préfèrent passer des sociétés ou des associations proposant des services d’aide à domicile et d’accompagnement. L’avantage avec cette solution réside aussi dans le fait que c’est la société ou l’association qui se charge du remplacement de l’aidant attribué s’il n’est pas disponible. On peut aussi voir ceci comme un inconvénient, car vous n’aurez pas vraiment le choix sur l’aidant et on peut même limiter les prestations. Pour cette solution d’emploi, il faudrait préparer un budget plus conséquent, car on facturera des frais de gestion.

Aujourd’hui, les personnes dépendantes peuvent également choisir d’employer un aidant familial. L’aidant familial est un proche de la personne dépendante qui apporte son aide à titre non professionnel. On a tendance à penser que l’indication « non professionnel » veut dire que l’aidant familial travaille gratuitement.

En effet, il peut très bien recevoir un salaire ou au moins un dédommagement pour les services qu’il octroie. Dans ce cas, pour percevoir cette rémunération, l’aidant familial doit prendre le statut de salarié et pour ce faire, il y a des démarches à réaliser. Pour le salaire d’un aidant familial, il est moins élevé comparé aux solutions précédentes.

Les aides financières et les subventions pour réduire le coût de l’aide à domicile

Avec des ressources financières limitées, une personne dépendante ne peut pas toujours se permettre d’employer un aidant. Sachez toutefois que pour alléger le coût de ce maintien à domicile, il existe des aides financières et des subventions qui peuvent aider à couvrir une partie de la rémunération de l’aidant. Comme pour toute autre aide, il y a des critères d’éligibilité, et même si les aides sont nombreuses, on ne peut pas toujours cumuler les aides.

Parmi ces aides, on peut citer :

  • L’allocation personnalisée d’autonomie ou l’APA que les personnes en situation de dépendance de plus de 60 ans peuvent bénéficier,
  • L’allocation représentative de services ménagers ou l’ARSM qui est destinée aux personnes non éligibles à l’APA et qui est accordée aux seniors de plus de 65 ans,
  • Le plan d’actions personnalisé ou le PAP qui est versé par l’assurance retraite et la carsat aux personnes ayant besoin d’une aide à domicile ponctuelle.

ARTICLES LIÉS