Quels trimestres sont pris en compte pour carrière longue ?

De nombreux utilisateurs de Maretraite.fr nous interrogent sur l’impact des périodes de chômage sur le calcul de leur retraite. La réponse est différente selon chaque situation. La situation la plus délicate est celle, malheureusement, très fréquente, des chômeurs âgés qui sont au bout de leur droit.

Les règles sont complexes et chaque cas est pratiquement unique. Vous informer à l’avance et faire vérifier vos droits déjà acquis sont deux étapes essentielles pour optimiser votre retraite.

A lire aussi : Pourquoi les cheminots sont contre la réforme des retraites ?

Voici un aperçu général de l’impact du chômage sur la retraite dans le cadre du régime général des employés du secteur privé, de la pension de base et de la pension complémentaire.

Les périodes de chômage compensé sont des périodes « assimilées »

Pour la retraite, vos périodes de chômage compensé sont traitées comme des périodes d’activité. Ils sont comptabilisés pour la durée d’assurance nécessaire pour obtenir une pension à taux plein.

A lire également : Qui a droit à l'APL en maison de retraite ?

Pour la retraite de base :

  • Chaque période de 50 jours de chômage compensé vous permettent de valider un trimestre de retraite de base, dans la limite de 4 trimestres par an.
  • Si vous travaillez par intermittence, les trimestres de chômage compensé complètent vos trimestres d’activité, toujours dans la limite de 4 trimestres par an.
  • En revanche, vos indemnités n’entrent pas dans le calcul du montant de votre pension

Attention : Seuls 4 quarts du chômage total sont retenus pour le régime de retraite anticipée pour les longues carrières.

Pour la retraite supplémentaire

  • Vous continuez à cotiser à la pension complémentaire sur les allocations de demandeur d’emploi.
  • Vous recevez des points de pension complémentaire sur la base d’un salaire de référence calculé par le centre d’emploi. Les taux de cotisation et les règles de calcul varient selon votre situation exacte (nature de votre indemnisation, retraite anticipée, chômage partiel…)

Périodes de chômage non rémunéré

Vos périodes de le chômage non rémunéré avant 1980 valide les trimestres comme des périodes de chômage compensé.

Vos périodes de chômage non rémunéré à partir de 1980 vous permettent de valider les trimestres différemment selon la période de votre carrière :

  • La première période de chômage, par exemple la période de recherche d’un premier contrat à durée indéterminée, permet de valider jusqu’à 6 trimestres (4 avant 2011). Attention : vous devez remplir certaines conditions, notamment avoir travaillé au moins une fois, ne serait-ce que pour un emploi d’été.
  • Par la suite, seules les périodes de chômage qui suivent immédiatement une période de chômage compensé (immédiatement après la fin du droit) permettent de valider jusqu’à 4 trimestres au total.
  • Pour tenir compte des difficultés d’emploi des seniors, les personnes âgées de 55 ans et plus ayant cotisé plus de 20 ans à la retraite peuvent valider jusqu’à 20 trimestres de chômage non compensé.

Le chômage non rémunéré ne vous permet pas d’obtenir des points pour pension complémentaire.

Le cas particulier des personnes âgées au chômage proche de la retraite

Seuls 30 % des personnes âgées de 60 à 64 ans ont un emploi.

Fin des dispositions pour les personnes âgées au terme de leurs droits

Les demandeurs d’emploi âgés qui n’avaient pas atteint l’âge légal de la retraite (entre 60 et 62 ans, selon leur date de naissance) ont pu, entre 2010 et 2017, bénéficier de régimes de soutien tels que l’allocation de retraite équivalente, l’allocation de solidarité transitoire ou la prime de solidarité transitoire.

Ces régimes n’existent plus mais les personnes auxquelles ils ont été affectés continuent d’en bénéficier jusqu’à l’expiration de leurs droits.

Les autres chômeurs âgés à la fin de leur droit dépendent, comme tout autre chômeur à la fin de leur droit, de l’allocation spécifique de solidarité (ASS).

Allocations de chômage après l’âge légal de la retraite

Demandeurs d’emploi seniors qui ont ayant dépassé l’âge légal de la retraite mais n’ayant pas la période d’assurance ou l’âge nécessaire (entre 65 et 67 ans selon votre date de naissance) pour obtenir une pension complète peuvent continuer à percevoir des prestations de chômage jusqu’à la fin de leur droit.

Attention : vous devez, entre autres conditions, avoir atteint une période de cotisation minimale de 100 trimestres.

Conclusion

Ce bref aperçu illustre la complexité de l’acquisition de droits à pension pendant les périodes de chômage. D’une manière générale, les carrières contemporaines sont rarement des rivières longues et calmes sans interruption, même courtes.

Si vous avez subi des interruptions de carrière, il est fortement recommandé de faire vérifier par un professionnel que tous vos droits ont été validés dans votre relevé de situation individuel.

ARTICLES LIÉS